L'Aqueduc d'Ansignan : un ouvrage unique par son architecture et son état de conservation !

Situé sur un promontoire rocheux au cœur du Fenouillèdes, au centre des cantons de Saint-Paul de Fenouillet, de Latour-de-France et de Sournia, le village d’Ansignan a reçu le titre de « Centre du Fenouillèdes ».

Près du village, un pont aqueduc de 170 mètres de long enjambe la vallée de l’Agly par deux arches de 12 mètres d’ouverture.

D’après l’étude effectuée en 1991 par le laboratoire d’archéométrie de Rennes, l’aqueduc daterait de l’époque romaine pour sa partie la plus ancienne. L’utilisation de briques dans la confection des voûtes d’arches a permis de retenir une date de construction ente 220 et 270 ap. J.-C., la brique n’étant plus utilisée au Moyen Âge. Toutefois, cet ouvrage a certainement fait l’objet de réfections et réparations tout au long des siècles, notamment au 9ème, 13ème et 14ème siècles, allongeant l’édifice jusqu’à ses dimensions actuelles.

La particularité de l'aqueduc est qu’il est construit en deux niveaux :
- un aqueduc sur la partie supérieure, par lequel l’eau traverse l’Agly à 15 mètres de hauteur
- un pont-tunnel sur la partie inférieure.

Cette voie, large de 2,20 mètres, longue de 55 mètres et haute de 5 mètres, a été aménagée au-dessus des arches, afin de permettre aux personnes et aux charrettes attelées de traverser la rivière pour accéder au village. Elle constitue une sorte de tunnel pavé, éclairé par des ouvertures latérales, les unes en forme de fenêtres, les autres étant des arcs longitudinaux, rappelant les ouïes qui étaient parfois prévues, dans les ponts anciens, en vue d'assurer un passage aux eaux en cas de crue.
La voûte de ce pont supporte l’aqueduc lui-même qui est toujours en service, permettant l’irrigation sur 1,5 kilomètre environ.

Un des charmes de l’aqueduc est l’irrégularité de sa construction. Ses 29 arcades sont toutes différentes, les unes larges, d’autres très étroites (certaines ne mesurent que 1,60 m d’ouverture).

A l’époque moderne, un moulin était installé en bordure du fleuve, contre le pont, rive gauche. Ce moulin a été transformé en usine électrique, mise en service en 1903 par Louis ABRAM. Cette usine fournissait l’électricité, à Saint-Paul, Lesquerde, Ansignan, Saint-Arnac et Maury. En 1949, l’usine a été nationalisée dans le cadre de la réforme nationale du secteur de l’énergie, puis abandonnée.

Cet ancien pont-aqueduc, qui a résisté aux nombreuses inondations, fait encore la richesse du village. Classé monument historique le 19 avril 1974, il est unique dans le département par son architecture et son exceptionnel état de conservation.

Médias

Nature des travaux

Les travaux labellisables concernent l’étanchéité du canal, la dévégétalisation, le calfeutrement des fissures, les
reprises de parements et des pierres de taille.
Le coût total estimé des travaux labellisables est de 270 000 € H.T.

Aidez-nous à sauver l'aqueduc d'Ansignan en faisant un don !

Partenaires

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan : intérieur du pont-tunnel

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan et mairie

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan et usine

  • AQUEDUC D'ANSIGNAN

    Aqueduc d'Ansignan et usine