Identifiants invalides.

CHAPELLE DE L'HOTEL DIEU A LYON

participation
de la fondation 75000 €

soutenir ce projet

La chapelle, construction initiale (XVIIème) : Elle a vu le jour dans un siècle où Lyon était une ville riche de marchands et de banquiers ayant fait fortune grâce au commerce de la soie. Elle bénéficiait de nombreux contacts avec l'Italie notamment et constituait une voie d'eau majeure entre le Nord et le Sud. Les travaux de la chapelle furent suivis par les maitres-architectes Ducellet, Lerupt et Chana et connurent cependant des rebondissements dus à des problèmes de financement. On fit donc appel à des donateurs mais la construction s'étala tout de même de 1637 à 1655 soit 18 ans !
De 1637 à 1639 furent édifiées les fondations du choeur et des quatre premières chapelles latérales.
De 1641 à 1646, le choeur, les six premières chapelles et la nef avaient vu le jour.
La première messe fut célébrée en 1646.
De 1647 à 1655, les deux dernières chapelles, le portail et les deux tours furent édifiés, terminant la construction. Les huit chapelles latérales furent concédées aux donateurs qui avaient permis leur financement comme la famille lyonnaise De Vauzelles.
Au niveau stylistique, sa façade, visible Place de l'Hôpital, présente un style Louis XIII très riche, révélateur d'un maniérisme francisé. Son architecture, baroque, est basée sur un plan basilical à nef unique flanquée de chapelles latérales symétriques sur la base de plans d'église dites " jésuites " comme celui de l'église du Gesù à Rome ou celui de la chapelle de la Trinité à Lyon ou encore de l'église des jésuites de Chambéry. La nef, voûtée en plein cintre, est séparée en deux étages par un entablement saillant. Elle comporte des pilastres à chapiteaux corinthiens ainsi qu'une séparation marquée avec le choeur par deux colonnes monumentales.

La restauration du XIXème : Après les affres révolutionnaires qui ont fait disparaître de nombreux mobiliers, des travaux ont été entrepris dans le cadre d'une première restauration à partir de 1802, date à la quelle la chapelle a été rendue au culte. Cette restauration s'est effectuée en deux temps :
A partir de 1802 la restauration commence par l'acquisition pour le choeur de trois tableaux symbolisant l'Espérance, la Foi et la Charité, les trois vertus théologales. Il s'agit de : "Chist en croix" de Serangeli, "Résurrection de Lazare" du lyonnais François de Loras et du "Bon Samaritain" de Chabord.
Des boiseries et stalles, encore visibles aujourd'hui sont également aménagées dans le choeur.
La chaire à prêcher en marbres polychromes avec son abat-voix acquis en 1802 est une pure merveille. Elle provient de l'ancien couvent des Carmes Déchaussés de Lyon et est attribuée aux sculpteurs Marc Chabry II et Guillot. Puis à partir de 1848, les chapelles latérales sont ornées de sculptures de Joseph Fabish (qui est aussi l'auteur de la vierge de la basilique de Fourvière) ou Charles Dufraine mais aussi de tableaux de Thomas Blanchet, Horace Le Blanc ou Joaquim Liquevet. A partir de 1867, Alexandre Denuelle, qui a notamment participé à la décoration de salles du Louvre et travaillé avec Mérimée, se charge d'un vaste programme de peintures décoratives : mise en oeuvre de " grands décors ".
Un magnifique décor en trompe-l'oeil a été réalisé sur tous les murs et les voûtes de la chapelle transformant radicalement l'aspect de la chapelle jusqu'alors uniquement recouvert d'un badigeon blanc.
Ce décor néo baroque est d'une grande qualité et s'accorde parfaitement avec le style originel de la chapelle.

Pendant tout le XIXème siècle, la chapelle fut un des foyers importants de la vie hospitalière. Cependant, elle est menacée de désaffection en 1908 lorsque le Conseil d'administration des Hospices Civils de Lyon prend note du caractère nocif des sous-sols notamment, où les malades sont atteints de tuberculose du fait d'une mauvaise ventilation. Des destructions partielles, dont celle de la chapelle, sont envisagées.
Heureusement, l'Hôtel-Dieu fut modernisé et la chapelle épargnée.
En 1944, la chapelle est transformée en maternité : au cours de la libération, les derniers combats ont mis le feu au grand dôme qui s'effondre. Les accouchées et les nouveaux-nés trouvent alors refuge dans la chapelle. Choix naturel du fait que de nombreux baptêmes avaient régulièrement lieu dans son baptistère et tous les ans la population lyonnaise venait admirer la crèche vivante, un véritable nouveau-né représentant l'enfant Jésus. Les baptêmes furent célébrés à la chapelle de l'Hôtel-Dieu jusqu'en 1967 !
Pour se donner une idée de son activité, on notera que les 30 dernières années de son fonctionnement, 62.000 enfants ont été baptisés !

L'intégralité du bâtiment et du mobilier est classée Monument Historique depuis 1941. Cependant, aucune autre restauration n'a été entreprise depuis 150 ans. Ces trésors sont donc actuellement cachés sous une épaisse couche de poussière parfois incrustée dans les ouvrages.

actualité
du projet

Les Journées Européennes des Métiers d'Art à Lyon

La Fondation du patrimoine participe aux Journées Européennes des Métiers d'Art 11h à 19h - Vendredi 31 mars 201711h à 19h - Samedi 1er avril 201714h à 19h - Dimanche 2 avril 2017 En 2016, plus de 1...

Médias

Nature des travaux

Restauration intégrale de l'intérieur de la Chapelle

Vocation du site

Un projet de restauration a donc vu le jour pour redonner à la chapelle sa magnificence. La vie religieuse se poursuivra dans cette église pour les paroissiens mais également pour la communauté hospitalière. Des activités artistiques pourront à nouveau être organisées dans ce joyau baroque intégré à l'Hôtel-Dieu dont l'architecture trouve des échos dans toute l'Europe et notamment en Italie.
Faire revivre la chapelle de l'Hôtel-Dieu, c'est faire revivre une période de l'histoire baroque, de l'histoire hospitalière de Lyon mais également de l'architecture européenne.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine