EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT

L’église Saint-Julien de Domfront s’inscrit dans le renouveau de l’art sacré de la première moitié du XXème siècle. Elle correspond à une œuvre originale de style néo-byzantin avec une structure en béton armé, un décor art déco teinté de réminiscences arméniennes et la présence d’un imposant clocher éteignoir. Œuvre de l’architecte parisien Albert Guilbert, à qui l'on doit également la cathédrale arménienne de Paris et l’église de Sainte-Jeanne-d’Arc de Versailles, Saint-Julien de Domfront constitue une réalisation majeure de l’architecture du XXème siècle en Normandie, édifiée entre 1924 et 1931 et consacrée en 1933.


Elle est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 25 mars 1993.La modernité de Saint-Julien a aussi été sa fragilité car elle a été atteinte de la maladie du béton et les arcs supportant l'énorme clocher éteignoir ont montré quelques faiblesses. A la suite de son classement, elle a fait l'objet d'une étude, faite en 1997 par un Architecte en chef des Monuments Historiques, prévoyant une restauration en deux phases, le clocher et le reste de l'édifice.

La stabilité du clocher étant en cause, elle a été fermée pour des raisons de sécurité le 29 mars 2006, dans l'attente des travaux de restauration. La première tranche de travaux de restauration, d'un coût de 1,610 M € HT, concernant le clocher avec le traitement des bétons et le renforcement des arcs, a été effectuée de novembre 2011 à mi 2013 et l'église a été rouverte le 29 septembre 2013. Le financement en a été assuré par une subvention de la DRAC, par le produit d'une souscription, lancée par l'association des Amis de l'église Saint Julien, abondé par la Fondation du Patrimoine et le Conseil Général et par une contribution de la commune.

 

Médias

Nature des travaux

Conformément au plan global de restauration établi en 1997, une seconde phase de travaux est maintenant  nécessaire pour la restauration des murs extérieurs, des verrières, des portails et de toute la décoration intérieure (décorations, mosaïques …).

Le coût de cette seconde phase est estimé à 2, 367 M € et, bien qu'une participation de l’État (DRAC) soit attendue à hauteur de 40 %, il représente un budget hors d’échelle pour une commune de 4.000 habitants.

C’est pourquoi «l’association des Amis de l’église Saint-Julien de Domfront », sous couvert de la Fondation du Patrimoine et en partenariat avec la collectivité, a décidé de lancer une opération de souscription en faveur de la restauration de l’église, pour soulager la charge financière de la commune.

Tous les souscripteurs pourront ainsi avoir un rôle actif dans la restauration d'un édifice qui est l'un des éléments majeurs du patrimoine du XXème siècle en Normandie.

Conformément au plan global de restauration établi en 1997, une seconde phase de travaux est maintenant  nécessaire pour la restauration des murs extérieurs, des verrières, des portails et de toute la décoration intérieure (décorations, mosaïques …).

Le coût de cette seconde phase est estimé à 2,367 M € et bien qu'une participation de l’État (DRAC) soit attendue à hauteur de 40 %, il représente un budget hors d’échelle pour une commune de 4.000 habitants.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT

    Pendant les travaux du clocher

  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT
  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT
  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT
  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT
  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT
  • EGLISE SAINT JULIEN DE DOMFRONT