Elle dresse sa discrète silhouette légèrement en contrebas du bourg. Seul le clocher à la fine flèche très élancée (1871-1872), dû à l'architecte Cheftel d'Avranches, couronné d'une balustrade néogothique et de quatre pinacles, élevé à la croisée du transept, affirme cette présence. Elle était sous l'autorité des seigneurs successifs parmi lesquels messires de Montgommery, seigneur de Ducey ; de Boisadam et de Poilvilain de Montaigu-les-Bois. L'église placée sous la protection de Sainte-Cécile, appartient au groupe d'édifices reconstruits après la guerre de cent ans. Vigors, qui fut sans aucun doute son maître d'œuvre, a gravé son nom dans la pierre dans le courant de l'année 1452. La croisée du transept avec ses deux courtes chapelles, appartient à cette époque. Le chœur fut entièrement réédifié à partir de la fin du 17e siècle, la nef le fut plus tard, au milieu du 18e siècle. Le porche s'ouvre au sud de l'église. Le clocher fut entièrement reconstruit au 19 siècle.

Ses caractéristiques sont familières des édifices de cette époque. Cette tour abrite une trilogie de cloches : Marie, Bertrande fondue en 1734, dont elle porte l'écu blasonné de Sébastien de Poilvilain seigneur et patron de Montaigu, L'Orbehaye, Saint Pierre et Notre Dame de Crénay, Sainte Marie du bois, Sainte Cécile, patron honoraire de Saint Laurent de Cuves, La Boulouze et autres terres et seigneuries et par la haute et puissante dame Marie-Bertrande de Rochefort, comtesse de Ver, son épouse Charlotte, Marie, fondue en 1829 qui eut pour parrain, Michel de Saint-Germain, capitaine de cavalerie, chevalier de la Légion d'honneur et demoiselle Marie de L' Epiney, du manoir de Lacherie de Sainte Cécile ; Cécile, Sébastien fondue en 1990. Les baies de l'église portaient toutes des verrières crées par le maître-verrier Charles Lorin. Les mitraillages et les bombes au cours de la bataille pour la libération en 1944 eurent raison d'elles à l'exception de la maîtresse-vitre éclatante de couleurs. L'édifice abrite deux belles statues : Sainte-Cécile et la Vierge avec son cœur enflammé.

LE PROJET DE RESTAURATION
L’église de Sainte-Cécile présente un état de conservation relativement aléatoire. De nombreuses fuites d’eau sont constatées dans l’église. Un affaiblissement de la charpente, de la nef et du choeur, un glissement vers l’extérieur des pannes sablières est également constaté. Les infiltrations d’eau en toiture ont provoqué une dégradation des plafonds et des enduits intérieurs. Si aucuns travaux ne sont réalisés assez rapidement, le site deviendra dangereux et la commune sera dans l' obligation de fermer l’église et une partie du cimetière au public.

Médias

Nature des travaux

Restauration de l'église (couverture, charpente, menuiserie).

Vocation du site

Le site est à vocation cultuelle.

Partenaires

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Eglise Sainte-Cécile

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Eglise Sainte-Cécile

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Eglise Sainte-Cécile

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Intérieur de l'église

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Intérieur de l'église

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Statue

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Intérieur de l'église

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Extérieur de l'église

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Statue

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Statue

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Eglise de Sainte-Cécile

  • EGLISE SAINTE CÉCILE

    Vitrail de l'église