HORLOGE HÔTEL NICOLLE DE LA PLACE - PORTRAIT PILLET WILL A MONTMELIAN

L'HÔTEL NICOLLE DE LA PLACE

Ancien hôtel particulier de style Renaissance, situé sur la commune de Montmélian en Savoie, il est le siège de l'ancienne mairie de Montmélian de 1869 à 1984. L'édifice fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques depuis 1949, pour son escalier à vis et la façade sur cour. Le Conseil Municipal de Montmélian a décidé en 2018 de rénover cet Hôtel et d’y réinstaller les services administratifs municipaux, et de laisser l’actuelle mairie aux services de la Communauté de Communes en plein développement. C’est une occasion unique de faire revivre ce bâtiment et d’apporter à nouveau une activité importante au centre ancien de la Commune. L’Hôtel Nicolle de La Place comporte à son sommet une horloge de ville avec clocheton et cadran lumineux. Le mécanisme de l’horloge est situé à l’intérieur, dans les combles du bâtiment. Son mouvement d'horloge est relié au cadran extérieur à 2 faces circulaires et à la cloche du campanile. Le mécanisme date de la fin du XIXe ou du début XXe siècle.

LE PORTRAIT DE MICHEL FRÉDÉRIC PILLET-WILL RÉALISÉ PAR LE PEINTRE SAVOYARD BENOIT MOLIN EN 1843

Michel Frédéric Pillet-Will (Montmélian, 1781-Paris, 1860)

Entré au service de la Banque Panchaud à Lausanne, en 1800, M. F. Pillet épouse la fille du banquier Will et, selon l’usage suisse, ajoute à son nom celui de son épouse.

Après plusieurs années au service de la Banque Delessert-Will, il décide de créer sa banque d’affaire à Paris et réussit malgré l’instabilité politique. Il est un des fondateurs de la Caisse d’Epargne en 1818. Il investit dans l’industrie, les sciences et le chemin de fer et devient régent de la Banque de France en 1828. En marge de sa brillante carrière, il n’a de cesse d’influencer et d’orienter la destinée de sa ville natale en finançant de nombreux projets de restauration et de constructions.

Benoît Hermogast Molin (Chambéry, 1810 – Chambéry, 1894)

Peintre savoyard, élève de Moreau (lui-même élève de David) à Chambéry, puis il entre à l’école des Beaux-Arts de Paris en 1830, où il devient l’élève du baron Gros (élève de David, courant néoclassique). De retour à Chambéry en 1850, après un passage par Turin à la cour du roi Charles-Albert, il est nommé conservateur du Musée des Beaux-Arts et professeur de peinture. Son œuvre majeure est « Le baiser rendu » inspiré d’un vers de Dante (Satan rend son baiser à Judas), visible au musée de Chambéry. Ses œuvres sont essentiellement des portraits.

Médias

Nature des travaux

Il sera procédé à la restauration complète de l'horloge et du tableau. 

Vocation du site

La restauration de ces deux éléments emblématiques et symboliques de la commune de Montmélian est estimée à 14 200 € HT.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine