ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

Chère Madame, Cher Monsieur,

L’Interco Normandie Sud Eure (INSE) porte un intérêt soutenu au patrimoine exceptionnel dont elle a la charge car celui-ci appartient à l’identité du territoire du sud de l’Eure. L’INSE est notamment attachée à sauvegarder et valoriser le parloir de l’abbesse et les remparts médiévaux avec la Porte d’Armentières, patrimoines du site de l’abbaye Saint-Nicolas, un bien public, dans un but de transmettre ces témoins de l’histoire aux générations futures.

Ainsi cette mission de sauvegarde, objet de notre engagement commun, est au cœur de notre mobilisation et je vous invite personnellement à vous associer à notre démarche.

L’INSE a souhaité s’appuyer sur la Fondation du Patrimoine pour soulever des fonds de mécénat, car ce partenaire, dont la mission est reconnue d’utilité publique, donne la possibilité aux particuliers et aux entreprises, grâce à un don défiscalisable, d’être mécènes d’un projet patrimonial local. De plus, chaque don peut être affecté au programme de sauvegarde de son choix : le parloir de l’abbesse ou les remparts médiévaux.

Aussi, j’espère sincèrement que vous partagerez notre engagement et contribuerez à la sauvegarde de ces patrimoines qui ont traversé les siècles et pour lesquels votre générosité est aujourd’hui indispensable.

En espérant vous compter parmi nos futurs mécènes, je vous prie d’accepter par avance, Chère Madame, Cher Monsieur, mes plus vifs remerciements au soutien que vous apporterez.

Jean-Luc BOULOGNE

Président de l’INSE

Médias

Nature des travaux

Restauration du parloir de l’abbesse

C’est en 1627 que fut fondée l’abbaye des Bénédictines de Saint-Nicolas de Verneuil, sous la direction de leur première abbesse, Scholastique de Médavy, fille de Charlotte de Hautemer, veuve de l’ancien gouverneur de la ville. En 1631, le prieuré fut érigé en abbaye royale.

Comptant jusqu’à 80 moniales à la fin du XIXe siècle, l’abbaye était très connue pour ses « nonnettes », délicieux pains d’épices que les religieuses fabriquaient. Les dernières moniales quittèrent les lieux en 2001.

L’abbaye est la propriété de la communauté de communes depuis 2009 qui souhaite restaurer la pièce la plus emblématique mais aussi la plus insolite : le parloir de l’abbesse.

Cette pièce comporte 3 registres de caissons imbriqués les uns aux autres sur les 4 élévations ainsi qu’un plafond également à caissons. Chacun des éléments représente une scénette peinte. L’opération envisagée permettra de comprendre et pérenniser le système complexe de montage des panneaux ainsi qu’identifier les factures d’exécution avant d’en programmer la restauration.

Sauvegarde des remparts médiévaux et de la Porte d’Armentières

Ouvrage militaire, les remparts et la Porte d’Armentières ont été érigés au XIIe siècle lors de la fondation de Verneuil par Henri Ier Beauclerc.

Majestueuse et emblématique du Verneuil moyenâgeux, la porte d’Armentières, dernier vestige des sept portes d’entrée de la ville, aurait été franchie par Saint Louis en juillet 1257 (Cartulaire Normand n°592) de retour de pèlerinage au Mont Saint-Michel.

Au XVIIIe siècle, l’autorisation est donnée aux habitants de démanteler les remparts médiévaux afin d’en récupérer les pierres pour permettre de construire leur maison. A une exception près : à la demande des Bénédictines, une portion de remparts longue de 360 mètres cernant l’abbaye Saint-Nicolas reste intacte, constituant aujourd’hui un édifice patrimonial exceptionnel.

Notre mission est d’éliminer le lierre étouffant le bâti afin de programmer, sous le contrôle des archéologues et architectes, experts des opérations, la sauvegarde de cet ensemble exceptionnel témoin de près de 9 siècles d’histoire.

Vocation du site

Les remparts et l’abbaye au fil des siècles
 

1120 : Fondation de la ville de Verneuil par Henri Ier Beauclerc, alors roi d’Angleterre et duc de Normandie.

1173 : Siège de Verneuil par Louis VII.

XII/XIIIe siècle : Construction de la porte monumentale dite d’Armentières selon la technique du « mur armé ».

1424 : Bataille de Verneuil, l’une des dernières batailles de la guerre de Cent ans.

1449 : Siège de Verneuil par Charles VII.

Début XVIIe siècle : Contrôle de la ville par Pierre Rouxel (1562-1617), baron de Médavy, gouverneur de Verneuil et défenseur de la Ligue face aux avancées d’Henri IV.

1627 : La veuve de Pierre Rouxel de Médavy fonde l’abbaye bénédictine Saint-Nicolas, sous la direction de sa fille Guyonne-Scholastique, première abbesse.

1631 : Pose de la première pierre de l’abbaye. 

« La porte d’Armentières fut vraisemblablement remblayée lors de travux de fortification des dernières guerres de Religion puis murée et annexée au couvent des Bénédictines, en arrière des remparts de la ville. » Source : Gilles Deshayes, MADE 2017.

XIXe siècle : Agrandissement de l’abbaye avec la construction du pensionnat.

1951 : Lancement d’une nouvelle activité avec la fabrication des nonettes dans la biscuiterie.

2001 : Départ des Bénédictines pour l’abbaye de Valmont.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre

  • ABBAYE SAINT NICOLAS - VERNEUIL SUR AVRE

    Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil sur Avre