CHÂTEAU DE LA FAULTRIÈRE À CHEMILLÉ EN ANJOU

Le Château de la Faultriere , dans la famille depuis 1787, fut brulé, avec toutes les fermes dépendant du domaine, pendant la révolution par les colonnes infernales.

Reconstruit au milieu du XIXème siècle sous la houlette de l’architecte R. Hodé dans son style néo-gothique si particulier, avec la profusion de tours, tourelles et autres clochetons et l’utilisation abondante de la pierre locale : le tuffeau. Il fut par la suite quelque peu « réduit » par Gilles de LA GRANDIERE en 1961. Celui-ci, appréhendant l’importance des charges d’entretien futures, en fit démolir environ la moitié (en volume) dont une aile et un donjon de 53 mètres. Ne subsistent aujourd’hui que la partie centrale et la chapelle.

Une première tranche de travaux a été réalisée en 2017 pour restaurée le clocheton de la chapelle, une cheminée et des menuiseries en bois. Le propriétaire a souhaité poursuivre sona ction en lancant une nouvelle souscription en 2018.

Médias

Nature des travaux

Si les toitures et certains aménagements intérieurs comme le chauffage central et l’électricité ont été refaits dans les années 60, le poids des ans continue à se faire sentir sur cette coûteuse «maîtresse»… . L’Age et les dernières tempêtes ont très fortement fragilisé le clocher de la chapelle et certaines cheminées.

C’est donc dans l’urgence qu’il est fait appel à la Fondation du Patrimoine pour aider dans un projet de réhabilitation de 2 souches de cheminées en briques et tuffeau qui tombent en ruine.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • CHÂTEAU DE LA FAULTRIÈRE À CHEMILLÉ EN ANJOU

    souche de cheminée vue de l'arrière / © Ghislain de la Grandière

  • CHÂTEAU DE LA FAULTRIÈRE À CHEMILLÉ EN ANJOU

    Deux souches de la cheminée / © Ghislain de la Grandière

  • CHÂTEAU DE LA FAULTRIÈRE À CHEMILLÉ EN ANJOU

    Cheminée / ©Ghislain de la Grandière

  • CHÂTEAU DE LA FAULTRIÈRE À CHEMILLÉ EN ANJOU

    ©Ghislain de la Grandière