S'informergotoResearchProjectSoutenir un projet
imageEspace donateur
imageEspace projet

Menu

EGLISE SAINT-LEGER-DE-VIGNAGUE A SAUVETERRE-DE-GUYENNE

Faites un don pour aider à restaurer l'église de la bastide de Sauveterre-de-Guyenne !

EGLISE SAINT-LEGER-DE-VIGNAGUE A SAUVETERRE-DE-GUYENNE

© Sauveterre-de-Guyenne

pinMapSvgSAUVETERRE-DE-GUYENNE - Gironde
4 940
20 000

24%

4 940

Définition des montants

Faire un don
lockSvgPaiement 100% sécurisé
Partager ce projet

Le projet : Restaurer l'église St-Léger-de-Vignague

Pour renforcer l’attractivité de son territoire en terme culturel et patrimonial, la Commune de Sauveterre-de-Guyenne porte depuis plusieurs années un vaste projet de restauration de son patrimoine communal. La bastide de Sauveterre-de-Guyenne fait partie des huit bastides de la Gironde. Elle est réputée pour son plan orthogonal, sa place centrale à arcades sur les quatre côtés et ses quatre portes fortifiées conservées sur le chemin de ronde. La commune possède aussi quatre églises.

L’église Notre-Dame de Sauveterre est, comme dans toutes les bastides, située au coin de la place centrale et à l’angle de deux rues du plan orthogonal. Les trois autres églises communales font partie des trois anciens bourgs du Puch, de Saint-Léger-de-Vignague et de Saint-Romain-de-Vignague, ayant fusionné avec Sauveterre-de-Guyenne en 1965. En 2023, la commune lance une restauration de l'église de Saint-Léger-de-Vignague.

La première tranche de travaux consistera en des travaux d’urgence et de mise hors d’eau et ne concerneront que les extérieurs. L’ensemble des parements extérieurs sera nettoyé et rejointoyé en recherche. Toutefois les parements Nord et Ouest, les plus sensibles aux intempéries, noircis et déjointoyés, nécessitent une consolidation des parements. Les têtes de contreforts, bandeaux et corniches doivent tout particulièrement être confortés, rejointoyés et faire l’objet d’un traitement biocide soigné. Les vestiges de la nef, à l’Ouest, doivent être cristallisés. Si la couverture principale a été restaurée récemment, celles du chevet et de l’escalier doivent être révisées, notamment au regard des dégradations récentes dues aux intempéries.

La seconde tranche aura pour objet la restauration et la mise en valeur des intérieurs. L’enduit en fausse coupe de pierre doit être restauré : il est pulvérulent en partie basse (remontées capillaires) et dégradé, taché en partie haute (infiltrations anciennes en toiture). Les parties sculptées romanes sont rendues illisibles par l’épaisse accumulation de couche de badigeons qui doit être purgée. La coupole est une reconstruction en brique sur chant. Cette particularité mérite d’être montrée pour elle-même, ce qui de plus renforcera la lecture de l’histoire du lieu. Ces briques seront protégées par l’application d’un léger badigeon. Le décor peint 19e siècle du chevet doit être restauré. Toutes ces interventions ont été précédées par des sondages pour vérifier l’éventuelle présence de décors peints anciens ainsi que vérifier la présence d’une baie potentiellement murée au droit du mur Nord. Les sols seront nettoyés et conservés en l’état. Les passages vers la sacristie et le baptistère accueilleront des placards liturgiques.

Enfin une dernière tranche de travaux concernera la mise en valeur des abords de l'édifice. Le cimetière au milieu duquel se trouve l’église Saint-Léger occupe une plateforme surplombant la route. Un escalier protégé par un auvent y donne accès depuis la route située en contrebas. Seule l’entrée Nord permet l’accès de plain-pied au cimetière et à l’église. Le Maître d’œuvre propose que le sol en gravier du cimetière soit déposé pour reprofiler les sols, afin de recréer un cheminement en stabilisé renforcé menant des accès du cimetière vers le pourtour de l’église et vers le calvaire, en longeant les principaux alignements de tombes. La couche de fondation existante sera conservée. La régénération de revêtement ne se fera que sur 10 à 15 cm en fonction du reprofilage nécessaire. Un géotextile sera mis en place avant la mise en oeuvre de la couche de finition. La dépose se fera là aussi sur 10 à 15 cm, avec une mise en oeuvre sans géotextile. L’interface entre les parties en stabilisé et en mélange terre-pierre se fera par une volige bois putrescible, au niveau du sol. Enfin, il est proposé de planter des arbres pour orner le cimetière.

  • Journées Européennes du Patrimoine - Septembre 2023

    Signature de la collecte de dons

  • Septembre 2023

    Début des travaux

  • Septembre 2026

    Fin des travaux !

Le lieu et son histoire : Une église partiellement détruite durant les guerres de Religion

Si la commune actuelle de Sauveterre-de-Guyenne est née de la fusion de ces trois anciennes paroisses rurales, la bastide fut implantée aux confins de deux de ces paroisses : Saint-Léger au nord et Saint-Romain au sud. En l’absence de sources écrites anciennes, la date d’implantation des églises à l’origine de la formation de ces paroisses qui dépendent de l’ancien diocèse de Bazas n’est pas connue. Toutes conservent aujourd’hui une partie romane attribuée aux XIème ou XIIème siècle.
L’église de Saint-Léger-de-Vignague (Sanctus Lerdegarius de Vinagus) – primitivement plus étendue - est l’édifice communal nécessitant la plus importante intervention en restauration et mise en valeur.

Il n'en reste plus que le chevet qui comprend une abside et un chœur, celui-ci plus large et couvert d'une coupole dont la calotte est découronnée. La nef de l’église a été détruite durant les guerres de Religion. L’église a été inscrite au titre des monuments historiques le 5 octobre 1925.

L’église de Saint-Léger-de-Vignague se compose aujourd’hui du chœur et de l’abside d’un édifice plus vaste ayant perdu sa nef. Les arrachements à l’Ouest sont les vestiges de la nef incendiée au 16e siècle pendant les guerres de religion. Le portail Ouest actuel est percé dans une paroi de moellons bouchant l’ancien arc triomphal séparant la nef du chœur. Les piles supportant cet arc portent les marques d’un incendie violent : pierres rubéfiées, éclatées, fissurées. Le clocher peigne percé d’une baie en plein cintre qu’occupe l’unique cloche de l’église. Un auvent protège à l’Est la cloche. Un dispositif identique devait également la protéger des intempéries à l’Ouest, comme le suggèrent les corbeaux et empochements toujours en place. Un escalier à vis est aménagé dans une tour carrée située à l’angle Nord-Ouest de l’édifice. Le chœur est épaulé de chaque côté par deux contreforts plats à ressauts et son élévation Sud est percée en son milieu d’une baie en plein cintre qui semble avoir été agrandie. L’élévation Nord peut avoir été identique à l’origine mais on a bouché la baie en épaississant le mur entre les deux contreforts plats. Deux meurtrières sont aménagées dans l’épaississement mais ne débouchent pas à l’intérieur. Le chœur et l’abside sont construits en pierre de taille soigneusement appareillée. Deux petites baies romanes étroites éclairent l’abside en son centre. De part et d’autre de celle-ci, la construction des deux contreforts plats semble avoir été abandonnée en cours de chantier. L’abside est surmontée d’une corniche à modillon qui se prolonge et se retourne à l’extérieur du chœur pour venir s’arrêter contre les contreforts plats. Cette corniche est surmontée d’un glacis permettant la transition avec le massif barlong du chœur qui s’élève plus haut que l’abside du sanctuaire. Deux constructions en moellons ont été ajoutées au Nord contre le chœur et le chevet. Toutes les couvertures sont réalisées en tuiles creuses.

L’intérieur de l’église Saint-Léger présente ses dispositions du 12e siècle. Des éléments sculptés romans sont conservés : chapiteaux figurés, cordon à billettes, frises, rinceaux, etc. Ils sont toutefois rendus illisibles par l’épais badigeon à fausse coupe de pierre et sont par endroit fortement dégradés par l’incendie du 16e siècle. Dans le chœur, la base des colonnes se prolonge le long des murs pour former une banquette. Le chœur légèrement surélevé possède un décor peint du 19e siècle. Au Nord du chœur et du sanctuaire, deux portes ont été aménagées lors de la construction du baptistère et de la sacristie.

La restauration du patrimoine de Sauveterre-de-Guyenne est essentielle pour son déploiement touristique durable et à taille humaine dans le cadre du futur Pays d'Art et d'Histoire.

Aurore Dalla Santa, Directrice d'Entre-deux-Mers Tourisme

Notre association est très impliquée, depuis des décennies, dans l'étude du patrimoine de la bastide, son respect et sa préservation. Sauveterre-de-Guyenne est la plus jolie des Bastides de Gironde, ayant encore ses portes, sa place centrale avec ses magnifiques couverts, et son quadrillage parfait. Il est primordial de pouvoir conserver ce patrimoine exceptionnel

Bernard MALEGARIE, Président des Amis de la Bastide

La sagesse populaire dans ce qu’elle a de meilleur ne dit-elle pas : « Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient » ? Notre Patrimoine comme illustration de notre Histoire, sa conservation et son partage en connaissance est donc la base d’une société future sereine et ambitieuse, et donc meilleure !

Tristan de La Rivière Président de l’Association des 4 Clochers de Conservation du Patrimoine

Protéger, rénover et valoriser nos édifices est un devoir pour que ce précieux héritage soit transmis aux générations futures. La commune s'y emploie de manière continue car c'est l'identité même de la Bastide et l'histoire de la fusion des 4 communes que ce patrimoine exceptionnel porte en lui.

Christophe MIQUEU, Maire de Sauveterre-de-Guyenne, Président de l’Union des Villes Bastide de Gironde

La restauration du patrimoine de Sauveterre-de-Guyenne est essentielle pour son déploiement touristique durable et à taille humaine dans le cadre du futur Pays d'Art et d'Histoire.

Aurore Dalla Santa, Directrice d'Entre-deux-Mers Tourisme

Notre association est très impliquée, depuis des décennies, dans l'étude du patrimoine de la bastide, son respect et sa préservation. Sauveterre-de-Guyenne est la plus jolie des Bastides de Gironde, ayant encore ses portes, sa place centrale avec ses magnifiques couverts, et son quadrillage parfait. Il est primordial de pouvoir conserver ce patrimoine exceptionnel

Bernard MALEGARIE, Président des Amis de la Bastide

La sagesse populaire dans ce qu’elle a de meilleur ne dit-elle pas : « Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient » ? Notre Patrimoine comme illustration de notre Histoire, sa conservation et son partage en connaissance est donc la base d’une société future sereine et ambitieuse, et donc meilleure !

Tristan de La Rivière Président de l’Association des 4 Clochers de Conservation du Patrimoine

Protéger, rénover et valoriser nos édifices est un devoir pour que ce précieux héritage soit transmis aux générations futures. La commune s'y emploie de manière continue car c'est l'identité même de la Bastide et l'histoire de la fusion des 4 communes que ce patrimoine exceptionnel porte en lui.

Christophe MIQUEU, Maire de Sauveterre-de-Guyenne, Président de l’Union des Villes Bastide de Gironde

La restauration du patrimoine de Sauveterre-de-Guyenne est essentielle pour son déploiement touristique durable et à taille humaine dans le cadre du futur Pays d'Art et d'Histoire.

Aurore Dalla Santa, Directrice d'Entre-deux-Mers Tourisme

Notre association est très impliquée, depuis des décennies, dans l'étude du patrimoine de la bastide, son respect et sa préservation. Sauveterre-de-Guyenne est la plus jolie des Bastides de Gironde, ayant encore ses portes, sa place centrale avec ses magnifiques couverts, et son quadrillage parfait. Il est primordial de pouvoir conserver ce patrimoine exceptionnel

Bernard MALEGARIE, Président des Amis de la Bastide

La mobilisation : Une commune investie pour son patrimoine

Ville neuve de la période médiévale, la Bastide de Sauveterre-de-Guyenne née en 1281 sous l’impulsion du roi d’Angleterre Edouard Ier, a fêté en 2021 ses 740 ans, et c’est bien initialement dans ses pierres et la forme orthogonale de ses rues qu’elle a bâti sa singularité.

La Commune de Sauveterre-de-Guyenne est depuis 1965 issue de la fusion des communes fondatrices de Puch, Saint-Léger, Saint Romain et Sauveterre, qui recouvrait alors la Bastide. Elle s’inscrit dans une histoire et un patrimoine riche et diversifié qui font la fierté de tous ses habitants, très préoccupés de préserver leur patrimoine. Les habitants comme les curieux apprécient de flâner dans les rues de cette cité – avec ses hameaux - en imaginant ce que devait être la vie au temps des chevaliers. L’office du tourisme (Entre-Deux-Mers Tourisme) contribue fortement à cette valorisation en organisant notamment des visites théâtralisées de la bastide qui recueillent un vif succès.

L’histoire de la Commune passionne, à tel point qu’une association « Les amis de la Bastide », a été fondée en 1993 pour créer et gérer un fonds de documents et de pièces intéressant l’histoire de la cité et du canton à travers les siècles. Elle participe activement à la sensibilisation de l’opinion pour sauvegarder et conserver les édifices de la cité.

Le patrimoine de la Commune de Sauveterre-de-Guyenne recouvre des réalités qui vont bien au-delà de la consécration de sites historiques et culturels. Il fait partie intégrante du mode de vie des habitants et du parcours des touristes qui, chaque jour, découvrent et explorent ce qui fait toute la richesse de l’héritage du territoire. La Municipalité, soutenue par les habitants, s’investit au quotidien pour protéger ces particularités, indissociables de la qualité de vie et de l’attractivité.

Le vaste projet de restauration s’inscrit pleinement dans l’accompagnement de la Commune comme ville-pilote au sein du territoire de l’Entre-deux-mers dans le cadre de la candidature au label Pays d’art et d’histoire.

Le patrimoine de la Commune fait partie intégrante de l’identité locale et porte témoignage du riche passé et des usages qui l’ont façonné. Il est au cœur des animations de la cité tout au long de l’année : Foires, marché hebdomadaire du mardi, fête des vins qui a célébré sa 50ème édition en 2022, fête médiévale annuelle, célébration des journées du patrimoine, expositions et conférences, brocante, vide-greniers, etc.

Sauvegarder le patrimoine de la Commune, c'est sauvegarder la mémoire des lieux et de ses habitants, l'identité d'un territoire.

Les partenaires

Partager ce projet
Mise à jour le 13/06/2024

Vos contreparties

Les contreparties sont à la charge du porteur de projet.

La Fondation du patrimoine se décharge de toute responsabilité en cas de préjudice.

    Pour 10€

    checkmarkSvgRemerciements sur la page Facebook de la commune

    Pour 100€

    checkmarkSvgVisite de chantier

    Pour 200€

    checkmarkSvgVisite de chantier + livres sur l'histoire de Sauveterre-de-Guyenne

    Pour 500€

    checkmarkSvgVisite de chantier + livres sur l'histoire de Sauveterre-de-Guyenne + inscription du nom du donateur sur une plaque souvenir fixée dans le monument

Faites un don à ce projet de restauration !

Peu à peu, dans l’indifférence, le patrimoine de la France se dégrade. La Fondation du patrimoine et ses 950 bénévoles relèvent chaque jour le défi de sauver ce patrimoine pour le transmettre aux générations suivantes, à travers toute la France. Pour nous aider, faites un don.

Mon don

  • 10
  • 100
  • 250
  • 500
Coût réel après réduction d'impôt : 62.50 €info icon
(75 % de l’impôt sur le revenu dans la limite de 1 000 €)
Faire un don

Vous aimerez aussi

pinMapSvg
pinMapSvg
pinMapSvg

Trouver le bureau de la Fondation le plus proche

Siège de la Fondation

153 bis, avenue Charles de Gaulle92200 Neuilly-sur-Seine01 70 48 48 00info@fondation-patrimoine.org