• Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
Menu
  • Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
  • S'informer
  • Mon espace donateur
  • Soutenir un projet

    Friche industrielle d'Harondel à Berteaucourt-les-Dames

    Réhabilitation d'un ancien site industriel textile majeur de la fin du XIXeme siècle

    Patrimoine industriel
    Loto du patrimoine
    Collecte terminée
    Friche industrielle d'Harondel à Berteaucourt-les-Dames
    missionBernSvg
    pinMapSvgBERTEAUCOURT LES DAMES - Somme
    50 000
    50 000
    missionbern.fr
    Partager ce projet

    le projet : réhabilitation de la friche autour de la grande halle, futur espace de création artistique, et l’ensemble bureaux-atelier, espace dédié aux activités économiques

    L’ancienne usine Saint Frères d’Harondel est une friche industrielle de 8 ha. Depuis la liquidation de la Manufacture Française des Sièges en 2009 l’ancienne usine Saint Frères d’Harondel est à l’abandon. Chaque année, le site se dégrade un peu plus. L’état des bâtiments s’est fortement détérioré à cause du démontage d’éléments de couverture, mais aussi à cause des incivilités, telles que des incendies de voiture. Par exemple, la grande halle Saint Frères, l’un des bâtiments emblématique de l’usine destiné à recevoir « un centre de création artistique », se dégrade rapidement depuis le vandalisme des chéneaux.

    En 2013, l’Agence d’Urbanisme du grand Amiénois a recensé les friches industrielles du territoire. L’ancienne usine Saint Frères d’Harondel a été retenue parmi les 13 friches « pilotes » pour un projet de reconversion. La reconversion de la friche industrielle d’Harondel est à l’étude depuis 2016.

    Le projet vise à concevoir un nouveau quartier, intégré au tissu urbain environnant, associant « innovation » et mise en valeur de héritage culturel, dans une démarche inspirée par la charte des éco-quartiers. Il s’articule autour d’un programme mixte comprenant la construction de logements locatifs, des espaces dédiés à l’activité économique, et des équipements publics : un lieu de création artistique, une école de musique intercommunale, une crèche intercommunale.

    Deux bâtiments emblématiques de l’usine Saint Frères, la grande halle (futur espace de création artistique) et l’ensemble bureaux-atelier avec le pavillon portant la date de 1870 (espace dédié aux activités économiques), seront préservés et mis en valeur dans ce projet.

    Le lieu et son histoire : Un riche passé industriel remontant au début du XIXe siècle

    Le lieu-dit Harondel est situé à Berteaucourt-les-Dames (80), à l’endroit où la Domart se jette dans la Nièvre. L’existence d’une activité économique sur ce site hydraulique est attestée depuis longtemps. Au XIIIème siècle, un moulin à eau destiné à moudre le grain fonctionne déjà à Harondel. L’abbaye de Berteaucourt-les-Dames, toute proche, bénéficie alors d’une rente sur ce moulin.

    Au début du 19ème siècle, il y a deux moulins à eau, face à face, sur le site d’Harondel. L’activité industrielle débute en 1853 avec l’installation d’une scierie et d’une filature de laine. L’entreprise Saint Frère, acquiert le site en 1861. Saint Frères est une entreprise industrielle qui fabrique de la toile de jute. Elle connait une expansion rapide sous le Second Empire et devient un des leaders du secteur de la toile de jute.

    Saint Frères installe une vaste unité de production sur le site d’Harondel comprenant entre autres un atelier de tissage et une filature de 9 000 m2. Les bâtiments sont construits entre 1867 et 1870. L’architecture industrielle rythmée par les toits de sheds présente des éléments novateurs comme des toitures bombées éclairées par des puits de lumière. L’usine d’Harondel emploie 1 800 salariés en 1898 ! A l’époque, la société Saint Frères est à la tête d’un véritable empire industriel avec quatre sites de production dans le Val de Nièvre : Flixecourt, l’Etoile, Saint-Ouen, et Harondel.

    L’écrivain Hector Malot, auteur à succès, choisit ces usines comme cadre de son roman social En famille (1893) dans lequel une orpheline part à la recherche de son grand-père dans les usines du Val de Nièvre.

    L’usine d’Harondel cesse son activité en 1980. Le site est repris en 1984 par l’usine de meubles Sièges de France, du groupe Parisot. L’usine emploie encore 400 salariés en 1989. L’usine Sièges de France devenue Manufacture Française du Siège a fermé en 2009. Depuis, le site est à l’abandon.

    Partager ce projet
    Mise à jour le 23/01/2023
    missionBernSvg

    La Mission Patrimoine confiée à Stéphane Bern, déployée par la Fondation du patrimoine et soutenue par le ministère de la Culture et FDJ, contribue à la sauvegarde du patrimoine français dans toute sa diversité.

    Découvrir la Mission Patrimoine

    Vous aimerez aussi

    Où nous trouver ?

    Trouvez le bureau de la Fondation le plus proche.

    La Fondation près de chez vous

    Besoin d'aide ?

    Trouvez les réponses à vos questions ou contactez-nous.

    Foire aux questionsFormulaire de contact