• Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
  • Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
  • Mon espace donateur
  • Grand orgue de l'église Notre-Dame de Louviers

    Ensemble, sauvons l'orgue de Maurice Duruflé.

    Orgue
    Coups de coeur de la Fondation
    Collecte en cours
    Grand orgue de l'église Notre-Dame de Louviers
    pinMapSvgLOUVIERS
    1 050
    1 050
    50 000

    Détails des montants

    Soutenir ce projet
    lockSvgPaiement 100% sécurisé
    Le projet
    Partager ce projet

    Le projet : redonner sa voix à l'orgue de Maurice Duruflé

    Voici au moins 30 ans que les grandes orgues de Notre-Dame de Louviers sont réduites au silence. Clergé, paroissiens, monde musical, anciens élèves de Maurice Duruflé le déplorent … C’est en effet cette ville qui a vu naitre, le 11 février 1902, ce compositeur majeur du XXe siècle.

    Le chantier de restauration des orgues comprend plusieurs étapes : le démontage, le traitement et la restauration du buffet, l’alimentation en vent (remise en peau des réservoirs, des pompes, des gosiers), la mécanique des notes, et la remise en état du matériel sonore (restauration de la tuyauterie, accord général dans le respect de l’harmonie de l’orgue souhaitée par Maurice Duruflé).

    Un orgue de renommé internationale

    L'orgue à Louviers a des origines très lointaines puisqu’on en trouve trace vers 1468 dans l'écrit du prêtre Jacques Pelet : « les orgues furent quesées (commencées) à faire ». Mais c’est en 1791 que l’histoire de l'orgue de Notre-Dame commence vraiment, lorsque la ville de Louviers achète le grand instrument de l’abbaye de Bonport, au moment où celle-ci est vendue comme bien national. Près d’un siècle plus tard, la fière et riche ville drapière demande aux célèbres frères Abbey (1887-1894) d’agrandir et d'enrichir l’instrument par de nouveaux jeux, offrant ainsi des possibilités expressives plus importantes. Ils se lancent dans une véritable « reconstruction » : un nouveau buffet est dessiné pour y placer les nouveaux tuyaux aux côtés de ceux de Bonport, et des techniques modernes sont utilisées (accouplements, machine Barker...). Quelques années plus tard, l’arrivée de l’électricité permet l'alimentation de la soufflerie. C'est donc un nouvel orgue qui voit le jour, majestueux, qui surclasse tous les autres du département. Il compte alors 44 jeux sur trois claviers de 56 notes, un pédalier de 30 notes et 16 pédales d'accessoires.

    Au XXe siècle, Notre-Dame n’aura connu que deux titulaires : Maurice Duruflé de 1921 à 1935 et Simone Bouvier entre 1935 et 2000. Enfant, Duruflé étudie à la maîtrise Saint-Evode de Rouen. Entré au Conservatoire de Paris à 16 ans, il y obtient entre 1922 et 1928 ses prix de composition, accompagnement, harmonie et orgue. De 1927 à 1937 il assiste Louis Vierne à la Cathédrale de Paris ; en 1930 il est nommé titulaire à Saint Étienne-du-Mont et y reste jusqu’à sa mort en 1986.

    Duruflé revient cependant régulièrement jouer à Notre-Dame de Louviers. En 1940, des bombardements rendent l’instrument inutilisable. Le Chanoine Baudin et Duruflé s’attèlent à sa restauration. En 1941 et 1942 un travail de fond est exécuté qui oriente l’orgue vers une esthétique néo-classique, il compte alors 2884 tuyaux pour 47 jeux. L’expert actuel du Ministère de la Culture, Monsieur Semenoux, écrit : « il n'est pas inutile de rappeler que l’instrument de Louviers, fut le confident de Duruflé jusqu'à la fin des travaux de réfection entrepris à l'orgue de Saint-Étienne du Mont (en 1956), et constitue une référence très sûre quant à son œuvre d'orgue dont l’essentiel se trouve composé avant 1942. »

    «
    C'est un orgue absolument exceptionnel. Nous ne pouvions pas nous résigner à ne plus l'utiliser. C'est notre responsabilité d'entretenir ce patrimoine. La dépêche Louviers - 17/05/2021

    François-Xavier PRIOLLAUD, Maire

    »

    Sauver l'orgue, avec vous !

    Parce que les chiffres sont parfois plus concrets que les explications, nous vous invitons à choisir, selon le montant de votre don, la part du projet de restauration à laquelle vous participerez. Rappelons que le Grand Orgue compte 2 884 tuyaux ! Nous pourrions collecter les sommes nécessaires à la restauration si chaque donateur acceptait de parrainer un tuyau, ou une demi-journée de travail, en fonction de ses moyens :

    • Un petit tuyau (<33 cm) = 15 €
    • Un grand tuyau (>33 cm) = 30 €
    • Un tuyau en bois = 60 €
    • Un tuyau de façade = 130 €

    Parmi les 1000 jours de travail nécessaires à la remise en état du Grand orgue : 300 € = une demi-journée de travail parmi les 1000 jours de travail nécessaires sur l’orgue.

    Chaque don contribuera à redonner à cet instrument toute sa puissance expressive, au moment où nous nous apprêtons à célébrer les 120 ans de la naissance de Maurice Duruflé.

    Merci pour votre participation !

    Partager ce projet
    Mise à jour le 16/09/2021

    Faites un don à ce projet de restauration !

    Vous êtes un particulier, un membre d’association, un élu ou un chef d’entreprise ? Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager pour sa sauvegarde aux côtés de la Fondation du patrimoine ?

    Mon don

    • 80
    • 150
    • 250
    • 500
    infoSvgCoût réel après réduction d'impôt : 85.00
    (66% de l'impot sur le revenu)

    Où nous trouver ?

    Trouvez le bureau de la Fondation le plus proche.

    La Fondation près de chez vous