VITRAUX DE L'EGLISE SAINT BLAISE A BELABRE

L’église Saint Blaise de style historiciste et éclectique est unique en France, car il s’agit de la seule église conçue et réalisée par l’architecte, Jules de Mérindol.

Collaborateur distingué par Viollet-le-Duc, Jules de Mérindol est connu pour ses oeuvres parisiennes telles que la Grande Halle de la Villette, le Carreau du Temple, le Marché Saint-Honoré et le théâtre Athénée. Pour notre église, celui-ci fit appel aux plus grands maîtres verriers de l’époque pour les vitraux : Louis-Victor Gesta, Lucien Lobin et Félix Gaudin. Elle recèle par ailleurs de véritables trésors comme son mobilier en fonte de la maison LARCHEVEQUE à Mehun sur Yèvre, dont le baptistère est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Construite en deux ans, de 1851 à 1853, l’église Saint-Blaise a été bâtie avec des matériaux en grande partie récupérés sur l’ancienne église démolie dix ans auparavant. Déjà alors une souscription auprès des Bélâbrais permit de réunir la somme de 51 000 francs-or, en complément d’une vente de terres qui ne suffisait pas à couvrir les frais de sa construction.

Plus récemment l’église de Bélâbre fit l’objet d’un don de Monsieur Léon Mba, alors président du Gabon (1961-67) qui fit réaliser la double verrière de la façade et la rosace qui la surmonte ainsi qu’une baie de la nef, selon des motifs géométriques abstraits.

Le projet de restauration vise, dans un premier temps, les verrières du transept altérées par les ans et les intempéries ainsi qu’un vitrail du transept sud non signé, d’une Vierge à l’Enfant. Ces grandes verrières de losanges transparents sont dites « à palmettes ». Elles sont à bordures et à décor de plumes rouges sur fond bleu. Celle de la Vierge à l’enfant est à fond rouge et à bordure de fleurs vertes et jaunes. Toutes complètent l’ensemble des vitraux de Saint-Blaise. Ils sont symboliques du renouveau de l’art du vitrail en France au XIXe siècle. On redécouvre le Moyen-Âge à l’époque de construction de Saint-Blaise et les commanditaires demandent aux peintres verriers de s’imprégner des techniques et des caractéristiques stylistiques des artistes du XIIIe siècle.

Ainsi naît le vitrail « archéologique » ou « néo-médiéval » qui reprend les formules de vitraux médiévaux : les personnages s’inscrivent souvent dans des arcatures romanes ou gothiques avec des rinceaux de feuilles d’acanthe et des bordures végétales composées de roses.

Ces verrières à palmettes, témoins très rares de la renaissance du vitrail au XIXe siècle, feront l’objet de la présente souscription, avec le vitrail de la Vierge à l’Enfant.

L’objectif de la souscription (collecte de fonds) pour l’église Saint-Blaise, et lancée avec l’aide de la Fondation du patrimoine, est double. Ces fonds serviront d’une part à sécuriser l’église où l’on célèbre encore régulièrement la messe, en neutralisant les courants d’air, les immixtions de pluie à l’intérieur et la chute de morceaux de verre pouvant tomber sur le public. D’autre part, ils permettront de redonner aux vitraux concernés par la campagne de restauration, tout leur éclat et leur lumière d’origine.


En conclusion, la restauration des vitraux augmentera l’attractivité de notre église où l’Association du Patrimoine du Pays de Bélâbre organise déjà des évènements tels que des concerts, des visites commentées, ainsi que la « Nuit des églises », afin de dynamiser le territoire et préserver l’identité du village.


Cette église est notre patrimoine… Soyons généreux !

Médias

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine