• Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
  • Découvrir la Fondation
  • Soumettre un projet
  • S'engager
  • Mon espace donateur
  • Château de Vigny

    Soutenir le projet de restauration du Château de Vigny c'est participer à la sauvegarde du patrimoine du Val d'Oise !

    Soutenus par Mission Bern
    Collecte en cours
    Château de Vigny
    missionBernSvg
    pinMapSvgVigny
    0
    0

    Détails des montants

    Le projet
    Partager ce projet

    La collecte de ce projet ne se fait pas avec la Fondation du patrimoine, mais avec un partenaire, la Demeure Historique. Si vous souhaitez donner pour la restauration du Château de Vigny, cliquez sur "soutenir ce projet" et vous serez redirigé vers la page collecte de la Demeure Historique !

    Au cours de son existence, le Château de Vigny a plusieurs fois menacé de s’écrouler, notamment au XIXème siècle.

    Aujourd'hui, le château et tous les communs inscrits sont lourdement affectés par la mérule. La structure est en péril et a dû être étayée par sécurité pour que le château ne s’écroule pas. L’ensemble des communs inscrits est également à sauver. Déjà 600 000 € ont été engagés pour stabiliser le château. La prochaine tranche pour le sauver concerne la réfection du clos couvert avec la vidange des douves (sous-sols inondés).

    La date de construction du château de Vigny reste imprécise à ce jour, une seigneurie y est en revanche attachée depuis le XIIIe siècle.

    La première mention d’une construction sur le site apparaît en 1377, un manoir étant semble-t-il présent. Il est toutefois impossible à ce jour d’avoir plus de précision concernant ce dernier. A-t-il été en partie modifié pour la construction du château ou est-ce juste la mention d’une construction disparue ? Il faut attendre 1504, date à laquelle le cardinal Georges Ier d’Amboise acquiert la seigneurie de Vigny, pour voir pour la première fois la mention de chastel. C’est ce dernier qui embellit, voire reconstruit alors considérablement le château où il aimait se reposer loin des affaires politiques. Il est intéressant de noter que le cardinal assistait durant cette même période son neveu Charles II de Chaumont d’Amboise à la reconstruction du château de Chaumont-sur-Loire dont il est assez tangible de mettre en lumière une certaine correspondance de conception avec le château de Vigny, notamment au niveau de l’avant-corps flanqué de deux tours pour marquer l’entrée du bâtiment.

    Il est à relever par ailleurs que le cardinal démarrait des travaux considérables à la même époque sur le château de Gaillon dans l’Eure, résidence d’été des archevêques de Rouen. Des constructeurs du Val de Loire furent employés à cette occasion et il n’est donc pas impossible qu’un certain nombre d’entre eux soient intervenus à Vigny.

    A la mort du cardinal, le château revint à son neveu Georges II d’Amboise, évêque de Clermont, qui y séjourna fréquemment et agrandit le domaine par l’achat de terres et du manoir dit de « la Compté ». Aucune source d’information ne nous permet en revanche d’avoir une description du château à cette époque alors que les témoignages ultérieurs feront régulièrement mention des Amboise comme des bâtisseurs d’origine du domaine.

    C’est après la disparition de Georges II en 1550 que le fief est vendu à l’illustre Connétable Anne de Montmorency. La lecture des correspondances du connétable atteste que ce dernier séjourne régulièrement au château, le roi Henri II y passa également une nuit durant l’année 1555. On sait cependant peu de chose sur les aménagements que le connétable a pu effectuer au château. Le seul témoin avéré qui nous soit parvenu de son passage est sa devise « APLANOS » ornant l’entrée de la demeure et surmontée de ses armes restituées à la fin du XIXe siècle sur la base de débris retrouvés dans les fossés.

    Le château est implanté sur un îlot rectangulaire entouré de douves, une platebande plantée en fait le tour contrairement aux dispositions actuelles où l’eau arrive directement au pied de l’édifice. Deux ponts relient ce dernier au reste du domaine, un premier au nord dans l’axe de l’avant corps en lien avec la cour d’honneur et un second dans l’angle sud-ouest de l’îlot ménageant un chemin vers les jardins au sud. Un canal est représenté faisant le tour de la prairie à l’ouest du château pour alimenter les douves du château, ce dernier est semble-t-il longé d’une allée d’arbres.

    Aujourd’hui encore, les désordres sont grands et il convient de lui trouver une affectation qui puisse permettre de le sauver et le maintenir sur le long terme.

    Le projet ultérieur engendrera un investissement supplémentaire de l’ordre de 25 millions d’euros, la création indirecte d’une centaine d’emplois sur 3 années au cours des travaux puis la création directe et ultérieure de 80 à 100 emplois. Nous souhaitons par ailleurs développer des activités culturelles dans le parc classé (festival les Nuits Blanches, à l’instar de ce que nous avions fait à Lyons avec le Marinsky de Saint Petersbourg).

    Le site fut aussi le lieu de tournage emblématique de très nombreux films de la grande histoire cinématographique française dont les Barbouzes.

    Partager ce projet
    Mise à jour le 23/09/2021
    missionBernSvg

    La Mission Patrimoine confiée à Stéphane Bern, déployée par la Fondation du patrimoine et soutenue par le ministère de la Culture et FDJ, contribue à la sauvegarde du patrimoine français dans toute sa diversité.

    Découvrir la Mission Patrimoine

    Faites un don à ce projet de restauration !

    Vous êtes un particulier, un membre d’association, un élu ou un chef d’entreprise ? Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager pour sa sauvegarde aux côtés de la Fondation du patrimoine ?

    Mon don

    • 10
    • 100
    • 250
    • 500
    infoSvgCoût réel après réduction d'impôt : 85.00
    (66% de l'impot sur le revenu)

    Où nous trouver ?

    Trouvez le bureau de la Fondation le plus proche.

    La Fondation près de chez vous