L’église d’Archigny est dédiée à saint Georges, martyre chrétien du IVe siècle et un vitrail de J.P. Dagrant, éclairant le chœur, le représente terrassant le dragon. Archigny est une paroisse ancienne dont un prêtre est recensé dès 1010 et l’église, datée du XIIe siècle, est contemporaine de l’abbaye de l’Étoile fondée en 1124. L’église Saint-Georges était à la fois sous la dépendance de l’archiprêtre de Châtellerault et sous celle de la châtellenie de Monthoiron, la cure étant de plein droit sous la dépendance de l’évêque de Poitiers, et ce jusqu’en 1790. Au fil des siècles, l’édifice a souffert des conflits armés et de nombreux accidents dus à la nature. C’est une église romane, à nef unique présentant une magnifique charpente et une voûte en bois en berceau plein cintre traversée de poutres à engoulants, au chevet plat certainement ouvert autrefois d’une baie axiale. Des modillons, dont certains sculptés, ornaient les murs sud et nord. Sa toiture était en tuiles plates, elle est, depuis 1910, en ardoise. L’avant-nef était grandiose avec des piliers à plusieurs colonnes engagées, isolés, formant galerie autour du narthex. Cette magnifique entrée a malheureusement été défigurée en 1937 par la pose d’une tribune aujourd’hui obsolète. Une chapelle latérale dédiée à la Vierge a bénéficié de l’autorisation royale en 1705. Les deux autels sont signés Désoulière. Dans le beffroi, deux cloches classées, Bernard (1687) et Rozalie (An XII) retentissent régulièrement. La magnifique chaire à panneaux ouvragés est également classée. Six vitraux datés de 1911 à 1915 sont signés J.P. Dagrant. Un autre est une vitre incolore que nous aimerions remplacer par un vitrail coloré.

Médias

Nature des travaux

Aujourd’hui, l’édifice est en souffrance. Les pierres de tuffeau du clocher sont devenues poreuses, de nombreuses infiltrations mettent à mal la voûte et pénètrent les piliers d’entrée de nef étouffés par un épais ciment posé en 1910. Il est nécessaire de reprendre ce mur et, à l’intérieur de l’édifice, supprimer la tribune pour assainir les piliers et par là même retrouver la magnifique entrée du XIIe siècle. Il est faut d’obturer les fissures et dégâts causés à la voûte par l’eau, et de repeindre. Les toitures de la chapelle et de la sacristie en très mauvais état, sont à refaire pour juguler les importantes infiltrations inondant les placards de la sacristie, l’eau coulant également derrière l’autel de la chapelle jusque dans l’allée centrale de la nef.

 

Extérieur : 

La façade nord (côté ruelle) est dans un état grave puisqu'il y a risque de chute de pierres de corniches. En attente de travaux sur tout l’extérieur de l’édifice, un sauvetage de 5 pierres est à faire pour éviter les accidents.

Les toitures de la sacristie et de la chapelle, en très mauvais état, sont à refaire car d’importantes infiltrations s’écoulent derrière l’autel de la chapelle jusque dans l’allée principale de la nef, et inondent les placards de la sacristie d’où nous avons enlevé les chasubles qui moisissaient.

Une partie de la toiture de l’église, près du mur est du clocher, et un sous-toit du clocher, sont à refaire car de nombreuses infiltrations dégradent l’intérieur de l’église, notamment à la jonction narthex/nef (clocher/église) : l’eau coule le long des piliers, s’infiltrant dans les pierres et dégradant la jonction de voûte.

 

Intérieur :

La voûte se fissure de plus en plus et se salit. Des infiltrations ont dégradé la jonction nef/narthex. Il faudrait poser un calicot sur les plus grosses fissures, reprendre les dégradations et repeindre l’ensemble.

La tribune d'avant clocher ainsi que celle sous clocher sont interdites d'accès : escalier de meunier non conforme, pas d'accès handicapé, pas de sortie de secours, balustrade au-dessus de la nef trop basse... Afin de retrouver la magnifique entrée du XIIe siècle avec ses colonnes et chapiteaux et son arc en plein cintre bien marqué, il serait intéressant de supprimer la tribune d'avant clocher, puisque inutilisable, et de fermer sur toute la hauteur. Cela permettrait également de libérer et assainir les pierres des piliers recouverts en grande partie de ciment et renfermant une humidité importante. L'esprit initial de l'église, même s'il a été mis à mal à plusieurs reprises, pourrait se retrouver devant cette splendide entrée.

Le vitrail. Il y a dans l’église de magnifiques vitraux, tous très bien conservés depuis plus de cent ans. Une seule baie (datant d’avant 1824), en partie cachée par la tribune d’avant clocher, est fermée d’une simple vitre. L’objectif est de l'harmoniser avec les vitraux de la nef.

 

Le montant des travaux s'éléve à 71 243 euros HT

Partenaires

  • Histoire et Patrimoine d'Archigny

    Françoise GLAIN
    Le Petit Peu 86210 ARCHIGNY
    05 48 85 21 23 85
    Site web

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine