EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

Des trois grands carillons Bollée du XIXème siècle conservés en France, il est le plus complet et le plus original par la présence de son jeu automatique. Il est d’ailleurs reconnu unanimement par la communauté des carillonneurs et campanologues français à la fois comme un très beau témoignage du savoir-faire technique et musical des Bollée et comme un instrument historique sans égal, dont la sauvegarde constitue un enjeu national.

Niché à l’abri des regards dans les clochers de l’église Saint-Jacques, le carillon de Châtellerault constitue un patrimoine unique au monde, mis au point par l’une des plus célèbres familles de fondeurs de cloches en France. Le carillon est installé en 1867 dans l’église Saint-Jacques sous l’impulsion du curé de la paroisse, l’abbé Boislabeille. Ce dernier préside en effet aux grandes rénovations qui sont alors effectuées sur l’édifice : la façade romane est entièrement reprise et masquée derrière une nouvelle de style néo-roman. Deux clochers coiffés d’immenses flèches (détruites depuis) sont construits. Le curé Boislabeille, ayant eu l’occasion d’entendre une boîte à musique sonner l’Angelus, a l’idée de commander un carillon pour ces nouveaux clochers.

Les Bollée, fondeurs et ingénieurs au Mans, sont alors présents à Châtellerault pour l’installation d’un système d’adduction d’eau par bélier hydraulique. Ils proposent la fabrication d’un carillon conséquent : il se compose de 50 cloches réparties dans les deux clochers : 6 grosses cloches au sud, 44 plus petites au nord, entièrement financées par les dons des paroissiens. Il est doté d’un jeu automatique commandé par l’horloge qui se déclenche trois fois par jour. Le tambour du jeu automatique est alors actionné par un contrepoids. Plus curieux encore, les Bollée font du carillon de Châtellerault un exemplaire unique en y ajoutant un jeu manuel équipé d’une machine à carillonner : ce système de transmission de force permet au carillonneur de jouer du bout des doigts sur un simple clavier de piano ! Les cloches du nouveau carillon sont bénites le 13 novembre 1867 en présence de 100 parrains et marraines choisis pour que leurs âges correspondent au poids de la cloche portant leurs noms ! L’instrument fonctionne sans difficulté pendant soixante ans, rythmant la vie des habitants de ses mélodies quotidiennes. 

Le carillon subit plusieurs rénovations au cours du XXème siècle. Lors de la plus importante, en 1952, la machine à carillonner est remplacée par un simple clavier à coup de poings ; deux nouvelles cloches sont ajoutées ; enfin, le jeu automatique est électrifié, ce qui provoque par la suite sa mise à l’arrêt malgré plusieurs réparations.

Le carillon est classé au titre des Monuments Historiques en 1980. Il demeure aujourd’hui, malgré les importants travaux à réaliser pour sa sauvegarde, un instrument hors du commun.

Médias

Nature des travaux

Le carillon est quasiment muet depuis 1988 et l’étude préalable réalisée en 2017 a révélé plusieurs problèmes :

- Les multiples réparations du jeu automatique n’ont pas suffi à maintenir ce dernier.

- L’horloge mécanique quant à elle, mal entretenue, est à l’arrêt depuis quatre ans, suite à la casse d’une pièce d’engrenage.

- Quant au jeu manuel, mal conçu en 1952 lors du remplacement de la machine à carillonner, il a été remis en état minimum de fonctionnement grâce à quelques modifications de tringleries, mais reste peu adapté au jeu des carillonneurs.

- À tout cela s’ajoute l’usure des cloches et surtout des systèmes de transmissions manuels comme automatiques, qui résulte d’un manque d’entretien régulier.

La restauration consistera à rénover le beffroi, remplacer intégralement la tringlerie, nettoyer les cloches et les accorder, nettoyer et remettre en fonctionnement le jeu automatique, revoir entièrement le jeu manuel, changer intégralement les systèmes électriques des cloches de la tour sud. De plus, la mise en valeur lumineuse, sonore et visuelle de l’instrument, qui restera peu accessible, sera à réaliser pour permettre à tous de le découvrir.

 

Vocation du site

Ces dernières années, une volonté de la Ville de Châtellerault de sauvegarder l’instrument est née. Cette dernière croit au fort potentiel culturel, pédagogique et touristique de ce projet de restauration.

En effet, le carillon constitue un témoignage unique dans notre région où ce type d’instrument est rare. À ce titre, le carillon permet de développer des animations originales : concerts de carillon, visites guidées, et même apprentissage et transmission, par le biais d’une classe de carillon au sein du Conservatoire Clément Janequin. Restaurer le carillon Bollée et l’animer, c’est aussi contribuer à la vie culturelle du centre-ville, en complément de tous les autres sites remarquables qu’il compte déjà : Manufacture d’armes, Théâtre Blossac, Pont Henri IV…

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault

  • EGLISE SAINT JACQUES CHATELLERAULT

    Ville de Châtellerault